Port Gratuit*

*dès le deuxième livre

  • -5%(particuliers)
  • -9%(bibliothèques)
  • sur tout le catalogue
  • Expedition
    Mise à La Poste
    sous 24/48 heures.

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir toutes nos nouveautés et bons plans

Le métier d'homme

Alexandre Jollien

recits-documents - Taille 18

14,06 € TTC

Prix réduit !

remise : -5%

prix éditeur : 14,80 € TTC

978-2-84868-029-3

testez le confort de lecture des grands caractères

Dans sa préface, le philosophe Michel Onfray rend hommage à l’énergie (et à l’intelligence) d’Alexandre Jollien : « L’écriture transfigure la douleur en or pur d’une confession, au sens augustinien, puis elle contribue à l’événement d’une parole libre, singulière, subjective, donc universelle. » « Au combat donc, conclut l’auteur, car tout est à bâtir avec légèreté et joie ! » Voilà un homme qui fait bien son métier. Dominique QUINIO
La valeur des livres n’attend ni le nombre des années ni celui des pages... Le Métier d’homme est un petit ouvrage fort tonique, écrit par un jeune auteur philosophe qui nous avait déjà offert un Eloge de la faiblesse – Cerf- , remarqué par l’Académie française en 1999. Alexandre Jollien, victime d’un accident de naissance, est handicapé, aussi vif dans sa pensée qu’embarrassé dans ses mouvements et sa parole, « démarche chaloupée, voix hésitante », écrit-il de lui-même.

« Je suis un anormal. On l’a dit, assez. Je l’ai senti. Les mouvements des yeux qui passent à l’examen chaque parcelle de mon être me l’apprennent : tel regard fixe le mien puis descend, là précisément où se trouve la preuve qu’il recherche : ‘Il est handicapé’. Parcours des yeux, quête insistante du talon d’Achille, de la faiblesse.
Ce que la plupart des gens perçoivent, c’est l’étrangeté des gestes, la lenteur des paroles, la démarche qui dérange. Ce qui se cache derrière, ils le méconnaissent. Spasmes, rictus, perte d’équilibre, ils se retranchent derrière un jugement net et tranchant, sans appel : voici un débile. Difficile de changer cette première impression, douloureux de s’y voir réduit sans pouvoir s’expliquer. »